Entretiens

Innovation éditoriale : Pourquoi TikTok et Snapchat sont si importants pour les médias ?

Réseaux préférés des jeunes, TikTok et Snapchat attirent les médias en quête d’un public jeune. Une cible qui privilégie un accès rapide et instantané aux contenus informatifs en format vidéo.

Olivier Laffargue, chef de service Snapchat – TikTok au sein du Monde, revient sur son métier, l’importance de l’innovation éditoriale et les défis auxquels son service est confronté. Entretien

Qu’est ce qu’un responsable des éditions Snapchat et TikTok du Monde ?

Un responsable des éditions Snapchat – TikTok est la personne chargée de piloter la conception et la production des contenus journalistiques pour ces plateformes appréciées par les jeunes. Il a pour missions d’animer la conférence de rédaction, de discuter des meilleurs choix éditoriaux, d’organiser le travail et de garantir la qualité éditoriale dans un environnement très collectif. Notre service, composé d’une dizaine de personnes, notamment de journalistes et d’un motion designer, fonctionne à la fois de façon autonome, on fait nos propres conférences de rédaction, et est totalement intégrée à la rédaction. Au même titre que le service Pixels ou encore le service International, par exemple, sous la responsabilité de la rédaction en chef.

Comment devient-on responsable des éditions Snapchat et TikTok ?

Au sein du service Snapchat – TikTok, l’équipe s’est autoformée. Les journalistes doivent être formés à la vidéo et à l’utilisation d’Adobe After Effects pour l’animation. Mais contrairement à la télé ou à la radio, où les formats sont souvent très fixes, on a créé nos propres formats. On apprécie cette forme d’expérimentation qui nous permet de nous remettre en question pour évoluer, nous adapter. C’est dans cette optique qu’on a décidé, il y a deux mois, d’abandonner le format “story” sur Snapchat pour mettre en place le “Snapshow”, un format vidéo de quatre minutes.

Quels sont les enjeux et difficultés de votre poste ?

Le but de notre présence sur ces plateformes est de toucher un nouveau public qu’on n’amènera pas à lire l’édition imprimée du Monde, et en même temps on doit s’adapter aux nouvelles manières de consommer. Ainsi, le défi est de répondre aux nouveaux formats de consommation de l’information. Chaque matin en conférence de rédaction on se demande comment trouver la formule efficace pour rendre un sujet accessible, attractif et intéressant pour tout public, tout en respectant la posture du Monde. Pour y arriver, on se remet systématiquement en cause, on observe ce qui fonctionne, ce qu’on arrive à faire et on apprend des erreurs car le principal enjeu est de réussir à trouver la meilleure forme pour notre information et la rendre accessible pour les jeunes.

Avez-vous déclenché la monétisation de votre audience ?

Oui, on a passé un accord avec Snapchat pour le partage des revenus publicitaires et concernant TikTok on a, dans un premier temps, décroché une bourse du réseau international de fact-checking pour constituer notre audience avant de signer, ensuite, un deal avec la direction du réseau social.

Selon vous, pourquoi les médias doivent-ils investir ces “nouveaux” canaux d’information ? 

Il y a plusieurs raisons qui expliquent que les médias se lancent sur ces plateformes. Le Monde est un média généraliste, non seulement dans les sujets qu’on traite, mais aussi en ce qui concerne le public qu’on souhaite toucher, notamment les jeunes qu’on a du mal à atteindre. Le but premier est d’informer les lecteurs les plus jeunes là où ils consomment les contenus, de rendre l’actualité accessible à tous. Mais aussi de lutter contre la désinformation. La presse ne doit pas laisser la place à des personnes moins bien intentionnées que nous, qui utilisent ces plateformes pour désinformer. Le public n’est pas quelque chose de ferme, il évolue et de notre côté on doit s’adapter, rester en contact permanent avec lui et prendre part à cette mutation. On a besoin de prendre ce train.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *