Blog

Vers une révolution écologique des médias ?

Les enjeux de la transition écologique des médias sont au cœur de la stratégie d’Euronews. Pour compenser l’empreinte carbone de sa production de contenu sponsorisé et de marque, la chaîne d’information s’est attachée les services de la société de conseil en matière de carbone C Level. 

Euronews – détenue à 88% par Media Globe Networks avec à sa tête le milliardaire égyptien Naguib Sawiris – s’engage, ainsi, pour être plus “vert”. Sa nouvelle démarche s’inscrit dans l’optique de garantir que “ses clients s’engagent avec un partenaire qui n’est pas seulement un expert en narration innovante, mais qui est également engagé dans l’action climatique”.

En effet, C Level accompagne les entreprises à calculer leur impact carbone et à le compenser par des solutions éco-friendly, notamment, “la restauration ou la protection de forêts, le reverdissement ou les projets de ré-ensauvagement à travers le monde et fournit une certification basée sur des compensations de carbone naturel vérifiées dans le cadre du Plan Vivo”, souligne Euronews.

L’initiative britannique

Bien avant la chaîne multilingue d’information internationale, le quotidien britannique The Guardian s’était engagé à atteindre la neutralité carbone d’ici 2030. Le journal avait également annoncé en janvier 2020 refuser la diffusion de toute publicité des sociétés pétrolières et gazières, “qui empêchent depuis des décennies les gouvernements de prendre des mesures significatives en matière de climat”, pour s’inscrire dans des pratiques commerciales durables.

À l’occasion de la Cop 26 tenue à Glasgow, les annonceurs, agences et médias britanniques comptent accompagner cette prise de conscience écologique lors de l’Ad Net Zero Global Summit. Pendant ce sommet tenu en ligne, les associations professionnelles britanniques Advertising association ont proposé un plan d’action commun pour réduire à zéro les émissions carbone du secteur à horizon 2030 et le lancement du certificat Ad Net Zero Essentials pour lutter contre le dérèglement climatique.

Et la France ?

Pour une majorité des Français, les médias n’accordent pas une place conséquente au traitement de l’urgence climatique et des grands enjeux environnementaux révèle un baromètre Viavoice rendu public lors des Assises du journalisme, tenues à Tours du 29 septembre au 1er octobre. 57 % des personnes sondées pointent du doigt “une culture scientifique insuffisante des journalistes”.

Pourtant, le nombre de sujets consacrés au climat et à l’environnement dans les médias connaît une rapide progression ces dernières années et la présence des climato-sceptiques se fait rare… La place de la thématique de l’environnement dans les contenus médiatiques a été renforcée par “La minute verte” de Jean-Mathieu Pernin sur RTL, “Plan B”, la série hebdomadaire de vidéos du Monde sur l’écologie, et “Le fil vert”, le rendez-vous environnement quotidien de Libération… 

Si les contenus ont été adaptés à la conjoncture, la stratégie générale ne s’est pas orientée vers le modèle dicté par The Guardian. En septembre 2020, l’INA a publié un article sur “les médias qui veulent réduire leur empreinte environnementale”, dont le quotidien Le Monde qui a créé “une solution de suivi de son empreinte carbone et modifié certaines méthodes de travail pour réduire son impact environnemental”. La diffusion de Plan B avait poussé le média à “porter une exigence écoresponsable”.Alors que la direction de France Télévisions a initié une politique de “responsabilité sociale des entreprises” (RSE) en 2011 pour diminuer son bilan carbone avec une meilleure gestion des déchets et l’achat de voitures électriques et hybrides, certains magazines et journaux se sont contentés de mesures d’impression “plus écologique”. Certes, la volonté d’agir en faveur de la question environnementale y est, mais les efforts engagés par les médias – qui craindraient une prise de risque économique – demeurent limités pour réduire l’impact écologique et confirment les incohérences entre traitement médiatique et plan d’action climatique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *